Système politique de l'Australie

L'Australie possède une système démocratique tout à fait comparable aux démocraties européennes, assez proche de l'Angleterre.

Organisation

En effet, les Australiens n'ont pas de président, mais une reine ! Et pas n'importe laquelle. Il s'agit de la reine la plus connue du monde, celle qui est reine de 54 pays différents : la reine d'Angleterre, Elizabeth II.
 
Comme l'Australie c'est loin, la reine ne va pas là-bas tous les quatre matins. Elle est représentée sur place par un gouverneur, qui est chargé de faire les inaugurations, mais aussi de valider les lois et entériner les décisions du gouvernement. Il a même le droit de destituer le premier ministre en place, même si dans les faits, il ne le fait pas (à une exception près). Il a plutôt un rôle institutionnel et représentatif. En ce moment, il s'agit de Sir Peter Cosgrove.
 
Kevin Rudd, premier ministre australien
Celui qui détient vraiment le pouvoir en Australie, c'est le premier ministre, comme en Angleterre. Il s'agissait de Kevin Rudd (photo) : il a fait parler de lui en Europe, lorsqu'il a présenté officiellement les excuses de l'Australie aux aborigènes pour la première fois. Ces excuses faisaient suite aux tentatives d'intégration des aborigènes dans la société par la force, notamment en enlevant les enfants de leur famille d'origine ; c'est ce que l'on appelle la génération volée.
Julia Gillard et Kevin Rudd, ancien et  nouveau premier ministre de l'Australie
Kevin Rudd appartient au parti travailliste, et il a succédé en 2007 à John Howard, qui a dirigé le pays pendant 11 ans.

Il a été battu aux élections de juin 2010 par Julia Gillard (en photo à gauche lors d'un meeting avec Kevin Rudd), qui devient ainsi la première femme premier ministre de l'Australie. En 2013, Julia Gillard est désavouée lors d'un vote de confiance au profit de... Kevin Rudd, qui redevient premier ministre pour quelques mois (de juin à septembre) avant de se faire battre aux élections par Tony Abott.
Depuis septembre 2015, et suite à la démission rocambolesque de Tony Abott, désavoué par son parti, c'est Malcolm Turnbull qui est premier ministre.

Pourquoi pas une république ?

On entend souvent dire, et c'est un sujet qui fait débat en Australie, que les Australiens aimeraient bien devenir une république. Vous pouvez d'ailleurs le leur demander, c'est un sujet de débat intéressant. 
 
Qu'est-ce que ça changerait ? Dans les faits, pas grand chose, si ce n'est qu'il n'aurait plus la reine, mais un président. L'argument souvent invoqué est que cela leur donnerait une vraie place dans la politique internationale, et qu'on arrêterait de les considérer comme un dominion de l'Angleterre.
Mais surtout, ils perdraient un jour férié : l'anniversaire de la reine. Et c'est la principale raison pour laquelle, finalement, les Australiens ne sont pas vraiment prêts à devenir une république... En plus, ils ne pourraient même pas décapiter leur reine, puisque ce n'est pas que la leur. Alors, quel intérêt ?

Etats d'Australie

Après le gouvernement fédéral, chaque état d'Australie a une certaine indépendance, comme en Allemagne. Ils peuvent fixer des jours fériés, et ont autorité dans des domaines comme l'éducation, les transports ...
Crédit photo : Wikimedia Commons (provenance)
Comments